Accueil > Divers et varié > A Méditer... > Challenge !

courage volonté homme humain

Challenge !

lundi 11 avril 2005

Il est une donnée que nous tous, humains avons tendance à partager. Elle consiste en le fait de se compliquer la vie. Et il y a en effet de quoi le comprendre. Nous avons des pensées, nous avons des désirs, nous avons des sentiments, des émotions, un corps... et puis nous avons aussi des amis, de la famille, des conjoints ou conjointes, parfois nous avons aussi d’autres humains que nous appelons nos ennemis, etc. Avec tout cela, il y a de quoi comprendre que nous nous compliquions la vie. Parfois nous serons tiraillés entre notre désir qui nous dit d’aller draguer cette belle demoiselle et nos pensées qui nous montrent clairement du doigt la faute que cela représente aux yeux de notre femme, aux yeux de la morale. Parfois encore, ce sera notre sentiment qui face à la vue d’un clochard nous demandant une pièce nous incitera à lui donner quand notre pensé y répondra qu’il ne faut pas, qu’il vas aller acheter de l’alcool avec.

C’est le fait même de notre multiplicité qui nous rend la vie compliquée voire même qui nous rend malheureux. C’est le fait même que nous ayons toutes ces facettes à l’intérieur de nous qui nous fait si souvent croire que nous agissons mal, si souvent croire que nous sommes les meilleurs, l’un et l’autre n’étant pas plus justifié. Mais plus encore que cette multiplicité, c’est sa non compréhension qui nous rend malheureux. Peut-on se permettre de dire : mon sentiment m’a trompé, à partir de maintenant, je ne me fierai plus jamais à mes sentiments. Ou bien : ma pensé ne m’a pas révélé la vérité, plus question de lui faire confiance. Je ne le pense pas. Je pense que chacune de ces facettes de nous même, chacune de ces personnalités a son rôle bien défini dans notre vie et qu’il convient à nous de le réaliser, qu’il convient à nous de les mettre à leur place et au plus profond de nous de les mettre en harmonie.

Si je m’arrêtais ici dans mon discours, rien ne serait compris suffisamment pour avoir un effet positif. Je vais donc maintenant tenter les exemples.

Nous sommes très nombreux à avoir des rêves, des idéaux si grands que les envisager autre part que dans nos rêves et nos pensées nous semble impossible. Qu’est-ce qui provoque ceci ? Je pense que c’est notre sentiment lorsqu’il est mal compris, lorsque nous le sortons de son rôle premier. Le fait d’envisager la réalisation de grands projets fait naître en nous des sentiments qui attirent notre attention sur les défis que nous aurons à gagner. Au lieu de voir ces sentiments ainsi, nous nous y projetons. Si par exemple nous avons à tuer un dragon (d’accord l’exemple est con, mais je me concentre sur le fond et non sur la forme, lol) nous allons ressentir un sentiment intense, il nous annonce la grandeur du défi, au lieu de prendre ce sentiment comme tel, nous allons nous identifier à lui et le ressentir comme une grande peur. Nous pourrions aussi bien prendre ce sentiment comme une donnée explicative de la taille du défi, nous permettant de voir ce que nous avons à aiguiser en nous même, à développer comme courage, force, etc. Plutôt que cela, nous nous contentons de la peur, nous ne bougeons pas, nous restons pétrifiés argumentant notre faiblesse, augmentant d’autant le manque de confiance en nous. Je ne dis en aucun cas qu’il faut foncer tête baissée comme le font les extrémistes en religion comme en politique. Je dis qu’une fois perçus les risques, dangers, notre énergie devrait aller à fortifier ce qui a à être fortifié et qui nous a été indiqué par notre sentiment pour qu’une fois prêts nous puissions reprendre le chemin de nos rêves... jusqu’aux prochains sentiments, ainsi de suite, nous améliorant encore et encore, agissant mieux et mieux...

Ce qui précède n’est qu’un exemple, parfois c’est notre pensée qui nous empêche d’agir avec ce qu’elle a accumulé de vieilles étiquettes non décollées. Parfois encore c’est notre famille, nos proches qui par leurs jugements nous pétrifient. Appliquez-y la même méthode intelligemment, elle fonctionnera.

Nous, humains, avons la chance de pouvoir faire la part entre ce qui est « bien » et « mal ». Il est je pense de notre devoir de mettre toute notre énergie vers ce que nous pensons être bien. Ne nous attachons pas à regarder ce que nous trouvons « mal », il nous manque souvent une infinité de données pour juger des actes d’autrui. Je pense que les actions qu’a fait Mère Térésa sont exceptionnelles, je pense tout autant que celles de Marilyn Manson sont exceptionnelles. Simplement elles visent des réalisations différentes à certains yeux elles sont contradictoires, à mes yeux, elles ne le sont pas. Nous avons tout autant besoin de guérir les malades et leur apporter l’espoir que d’ouvrir les yeux aux gens sur la liberté qu’on leur vole qu’ils ne devraient pas accepter.

J’ai un concept, une mini philosophie que j’ai appelée « Challenge », elle n’est qu’une imposture intellectuelle qui permet de vivre mieux voilà en quoi elle consiste :

Considérez la vie comme une suite de challenges que vous vous posez. Si par exemple vous êtes très attiré par cette belle femme que vous croisez tout les jours au boulot, dites vous : « CHALLENGE ! Il faut que j’ose aller l’inviter à dîner mercredi soir. ». Une fois devant elle, imprégnez vous de l’idée que ce n’est qu’un challenge personnel que vous vous êtes fixé, ainsi vous aurez confiance en vous (qui aurait peur de ne pas tuer le boss de fin de son jeu vidéo alors qu’il ne s’agit que d’un jeu vidéo ?). Si elle accepte, vous avez gagné votre challenge et en plus vous avez gagné un repas à la chandelle... Si elle vous met un gros râteau, vous avez simplement perdu votre challenge... mais vous avez acquis de l’expérience et vous avez aiguisé votre volonté, fait reculé votre timidité. Souvent nous avons l’impression d’avoir beaucoup à perdre alors que nous avons tout à gagner ! Si nous nous baignons de cette idée, si notre vie n’est plus vue que comme une suite de challenges (j’ai dit challenge, pas témérité débile sans but !) nous aurons vite fait de sentir à quel point il est bon de prendre les rênes de sa vie, de ressentir la joie qui l’accompagne.

Mon ton peut faire croire que je me prends pour Le Messie... Faut, je me prend pour Un messie (messie = porteur de message), et je pense que nous sommes tous des messies, simplement nous avons chacun un message différent, l’ensemble des messages, j’en suis sûr, finira par nous faire comprendre, agir et être heureux.


Mieux vaut ne pas agir parfaitement mais avec une bonne intention que ne pas agir du tout.

Ne te permet de détruire que si tu as l’intention de reconstruire.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?