Accueil > Comprendre, Agir > Politique > Elections 2007 > Pour le retour et la désignation de José Bové

José, Bové, appel, president, honneur, sursaut, antilibérale, collectif, collectifs, locaux, campagne, idees, echec, concensus, referendaire, demande, nous, crise, grave, peuple, gauche, alternative, unitaire, site, TRUC, refusee, publication, Indymedia, pétition, ligne, calle, luna, revoltes, designation, retour, 2007, président, grainvert, seul, candidat, gagner,

Pour le retour et la désignation de José Bové

jeudi 30 novembre 2006

Nous soutenons pleinement l’Appel pour un sursaut unitaire dans la crise grave que traverse actuellement l’union antilibérale, mais nous souhaitons ajouter les points suivants :

APPEL POUR LE RETOUR ET LA DÉSIGNATION DE JOSÉ BOVÉ

Cette crise était d’après nous prévisible. La volonté de procéder à un vote réservé aux membres des Collectifs locaux n’exacerbe pas seulement nos différences et nos réflexes partisans, il nous fait croire à tort que les collectifs seraient fidèlement représentatifs des composantes de la gauche antilibérale. Nous savons pourtant que les proportions ne sont pas du tout les mêmes chez les militants et chez les électeurs (l’exemple PCF/LCR est flagrant). Trancher par le nombre au sein des collectifs, c’est ignorer totalement la réalité électorale et le poids politique de chacune des composantes qui font notre richesse.

José Bové s’est proposé comme candidat parce que nous n’avons pas cessé de le lui demander, suite à la campagne référendaire. Nous comprenons sa déception actuelle à l’égard de tout ce qui s’est passé depuis, causé par le retour aux stratégies personnelles et partisanes.

José exprime ce que nous ressentons tous, au fond de nous : l’échec du consensus et la nécessité de repenser l’union.

En prenant de la distance, José vient de nous prouver, une fois de plus, son indépendance, son franc-parler et son refus des pratiques de basses politiques. Il a toujours eu pour habitude d’aller jusqu’au bout pour nos idées, sans tergiverser, et c’est tout à son honneur. Il nous rappelle son honnêteté, bien qu’il soit le seul à ne pas avoir un casier judiciaire vierge.

Soyons sincères et lucides :

1) José Bové est le seul candidat vraiment indépendant des partis (et vierge de toute collaboration passée au sein du gouvernement libéral de Jospin ou d’une grande municipalité PS) aux yeux de l’électorat populaire.

2) José Bové est également le seul candidat à nous donner les moyens de réaliser un séisme électoral (car nous sommes encore dans la "médiacratie" de la Cinquième République).

Sur ces deux points, l’aventure ne serait plus du tout la même sans lui et beaucoup de militants des Collectifs locaux ne la poursuivraient pas (et l’ont déjà annoncé). Ceci, tant pour la prégnance d’un parti désormais en position de force (les quatre autres candidats principaux en sont membres ou très proches), que pour le sentiment d’avoir grandement limité notre "puissance de feu" médiatique (lutter contre le "vote utile" nécessite de faire rayonner notre capacité à être au second tour). Le non-retour de Bové signifierait la démission d’une grande partie de nos forces et plus encore la chute de notre audience.

Bové est le plus indépendant et le plus médiatique. Tout le monde le sait. Son programme est le nôtre, et il l’a toujours été. Beaucoup d’artistes sont sur le point de soutenir sa campagne. De nombreux abstentionnistes envisagent de revenir aux urnes. Alors, pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? Pourquoi risquer d’échouer quand on est si près de réussir ? Y aurait-il d’autres intérêts en jeu qui justifient que l’on se détourne de l’évidence ?

D’autres points ont également été oubliés (ou occultés) jusqu’ici :

José est le seul candidat antilibéral à être clairement antiproductiviste, c’est-à-dire cohérent dans la lutte contre le système (c’est aussi pour cela qu’il est le candidat à abattre plus que tout autre) ; combats sociaux et écologiques, locaux et globaux vont de pair pour lui (nous permettant logiquement le rassemblement le plus ample en direction des écologistes contrairement aux autres candidats antilibéraux). Autrement dit (et contrairement à ce qui a parfois été avancé sans le moindre argument) : José Bové est le seul à pouvoir faire la synthèse des luttes sociales et écologiques, tout en donnant une dimension internationale à sa candidature.

José est le seul candidat à pouvoir reprendre à Le Pen une partie de l’électorat populaire désabusé par la politique politicienne ; non seulement parce qu’il est le seul à ne pas être membre ou proche d’un parti, mais aussi, tout simplement, par son élocution qui n’est pas dépourvue de quelques imperfections ici et là (loin du registre des énarques), ce qui ne fait qu’ajouter à sa verve, à sa parole populaire (qui, par ailleurs, est très bien argumentée et profondément émouvante : c’est un remarquable orateur).

José est le seul candidat à pouvoir faire pencher la majorité de la LCR et à faire revenir Olivier Besancenot, non seulement grâce à ses affinités avec lui, mais surtout parce qu’aux yeux des militants de la LCR, il est le seul candidat à ne pas être membre ni proche du PCF (et a s’être opposé ouvertement à l’omniprésence de ce parti tout en reconnaissant son apport). José est aussi le candidat le plus ferme quant au refus d’une collaboration future de l’union antilibérale avec le PS.

Il est le seul qui puisse nous faire gagner si nous "arrêtons nos conneries" cf. son discours du Mans :.

Alors, allons-nous continuer nos tripatouillages et nos jolies phrases bien huilées ? Notre petit PMU interne ? Notre concours de virgules ? Notre lutte des "places" ? Notre bataille des courants ? Ou bien allons-nous revenir à l’intérêt général et choisir une fois pour toutes celui qu’on sait bien être le meilleur pour s’adresser au peuple dans sa diversité, pour porter la voix des sans parole, et pour remettre les partis à leur place au sein de l’union ? Comme aux Pays-Bas, faisons l’union pour devancer les socio-libéraux au premier tour (grande percée électorale des anticapitalistes avec 16,6% des voix).

Rappelons-nous pourquoi nous avons sollicité José Bové pour nous représenter et préparons ensemble le séisme antilibéral du 22 avril 2007.

- Note 1 : sondage Sofres de novembre 2006 (figurant le cas où il n’y aurait pas d’union) : Buffet 2% et Besancenot 4% ; sondage citoyen Agora : Salesse 3,5% ou Autain 4% ; est-ce cela que nous souhaitons ?

- Note 2 : très peu de médias ont relayé l’importance de la percée antilibérale aux Pays-Bas ; [à lire sur http://www.humanite.fr/journal/2006-11-22/2006-11-22-840780

- Note 3 : des réactions très diverses de militants des Collectifs unitaires sur : http://www.alternativeunitaire2007.org/spip/article.php3?id_article=630
- Note 4 : José en 18 petits textes brefs avec 18 photos pour rappeler son itinéraire incomparable : http://www.lemonde.fr/web/portfolio/0,12-0@2-3224,31-729191@51-823397,0.html

Signer (et faire signer) l’appel : http://calle-luna.org/article.php3?id_article=229

Les 35 premiers signataires :

Yannis YOULOUNTAS (philosophe, militant altermondialiste), Valéry RASPLUS (essayiste, sociologue), Christian DENIS (militant alterécolo, alias sousmarinvert http://www.grainvert.com), Vincent LUCAS (photographe-citoyen, militant d’Attac et de Greenpeace, http://www.levillagedesfacteursdimages.org), Maud GUENFOUD (animatrice culturelle), Jean-Pierre CROS (technicien, syndicaliste), Carole BOUTET (professeur de philosophie, syndicaliste), Jacques DURBEC (éducateur et chanteur), Samia DENIS (lycéenne anti CPE), Nicole GARROUSTE (professeur de français en ZEP), Sylvie COVELLI (institutrice, maman, citoyenne du monde), Francis GAUBERT (chômeur), Henri-Pierre ABERLENC (entomologiste, militant de la biodiversité), Mylène SOUYEUX (professeur de danse), Nadia DENIS (militante associative et alterécolo), Roger ROSSETTI (professeur retraité de technologie), Fabien JOLET (sculpteur), MINGA (créateur et animateur du site coopératif et autogéré http://revoltes.free.fr), Thierry DUCUING (instituteur), Franck ADAM (artisan écolo, militant anti facho), Isabelle PONCET (professeur de Sciences économiques, militante Attac), Lionel FURIC (psychothérapeute, altermondialiste), Pierre GAU (paysan), Saléha DENIS (lycéenne anti CPE), Pierre-Yves DACHEUX (enseignant, Les Verts, L-R), Serge NAVARRO (instituteur, libertaire prêt à voter pour la première fois), Jacques REYNAUD (Attac), Yves LEBLANC (technicien INRA syndiqué CGT), Claudine VIGNON, Marie ABERLENC (étudiante, militante, amoureuse de la vie), Eléonore VAN DEN BOGART (journaliste, auteur, metteur en scène), Michel FONTAINE (pêcheur de subsistance), Christine MAUREL (étudiante en langues et littérature), Paul Johan de GRAAUW (écologue, activiste associatif, commercial dans le labellisé), Gunter GORHAN (philosophe, juriste, enseignant retraité de la Sorbonne)...


Signer en ligne (et faire signer) l’appel : http://calle-luna.org/article.php3?id_article=229


Appel également publié sur : revoltes.net,si j’osais bové et bien sûr calle-luna Alternative Unitaire2007 ainsi que sur d’autres sites. La publication de cet appel a été refusée sur bellaciao.org, Les Indymédia Paris, Toulouse, TRUC (Toulouse Réseau Unitaire Citoyen).

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?