Accueil > Comprendre, Agir > Agriculture, OGM > Faucheurs d’OGM > Communiqué du Comité de soutien ’63 sans ogm’

Communiqué du Comité de soutien ’63 sans ogm’

mercredi 3 août 2005, par Auteurs divers

suite aux neutralisations revendiquées par les faucheurs volontaires de maïs transgéniques de Méristem Thérapeutics dans le Puy de Dôme, le Comité de soutien déplore que seule la désobéissance civique a permis de mettre en lumière la question des ogm.
Le comité apporte son soutien aux faucheurs volontaires et souhaite préciser les éléments suivants.

Ces essais sont illégaux :

la règlementation européenne impose des obligations non respectées par la France comme la directive 2001/18. La France a déjà été condamnée pour ce fait.
Cependant Méristem ne respecte pas

- la mise en place d’un organisme indépendant d’évaluation des risques doté des moyens pour le faire.
- la réalisation d’une étude d’impact sur l’environnement
- l’information du public (pas de publications)
- l’autorisation du Ministère de la santé puisqu’il s’agit de plantes médicaments
- la définition de règles de coexistence entre plantes ogm et les plantes conventionnelles ainsi que la détermination de la responsabilité du laboratoire en cas de contamination
- si des problèmes survenaient, aucune assurance ne veut prendre en charge ce type de risques

Les autorisations d’essais sont données sans règles démocratiques :

sur le sujet des ogm, par excellence sujet de choix de société, aucun débat parlementaire n’a eu lieu à ce jour
- la mission parlementaire d’information a demandé au printemps 2005 à ce qu’aucune nouvelle autorisation d’essai ne soit donnée. Certains députés de cette mission sur les ogm n’ont pas approuvé ses conclusions, ils font aussi partie d’une mission parlementaire sur la santé !
- le Conseil Général du Puy de Dôme et le Conseil Régional d’Auvergne ont voté un vœu en 2004 refusant tout ogm de plein champ sur leur territoire,
- le Conseil Régional actuel ne subventionne pas le laboratoire Méristem contrairement à ce qui est dit
- les arrêtés municipaux anti-ogm sont systématiquement annulés par le Préfet
- dans le département du Gers plus de 10 % des électeurs ont demandé l’organisation d’un référendum sur les ogm ce qui, selon les textes permet au Conseil Général de l’organiser. Pourtant le Préfet s’y oppose. Belle démonstration de démocratie et preuve de la faille entre le peuple et les gouvernants.

Cas particulier d’essais à but thérapeutique

Nous avons le cas de l’affaire Prodigen aux Etats-Unis où il s’avère qu’un soja a été pollué par un maïs médicament produisant un vaccin porcin. La réalité de la pollution de la chaîne alimentaire par des plantes médicaments est maintenant très largement mise en évidence, il n’y a plus de doute.
La lipase gastrique recherchée pourrait être produite en laboratoire en milieu confiné (rapport de février 2005 des professeurs GE Séralini et C.Vélot destiné au Conseil Régional).
La surface importante (plus de 20 ha) des essais en place nous laisse suspecter non pas de la recherche mais de la production. Ou si une telle surface est nécessaire pour obtenir quelques grammes de produit à analyser, on nous raconte des histoires...
De plus le maïs utilisé ici est un maïs dans lequel a été introduit un gène de chien, ce qui pose un sérieux problème éthique ; il en est peu parlé.
Faut-il transformer les champs en laboratoire à ciel ouvert.

Le Comité de soutien est pour la recherche, mais pas n’importe laquelle

Le cas de l’insuline recombinante permet de voir qu’il est possible depuis 30 ans de travailler en laboratoire. Les ogm sont des organismes nécessaires à la recherche en laboratoire et pour comprendre le fonctionnement du vivant, ce sont des outils de laboratoire.
Il y a urgence à agir dans les champs pour que l’Europe et les pays non encore contaminés ne connaissent pas les catastrophes qui se sont déjà produites dans les pays producteurs d’ogm : résistance aux pesticides, pollutions génétiques (maïs au Mexique).
On ne peut accepter la dépendance pour les semences, les brevets sur le vivant, le contrôle de notre alimentation et de notre santé par seulement par quelques sociétés multinationales.

Quelle agriculture pour demain ?

Les agriculteurs sortent de différentes crises sanitaires et alimentaires graves qui ont remis en cause un certain modèle de production et jeté le discrédit auprès des citoyens. Les ogm en agriculture sont l’aboutissement d’une fuite en avant vers un modèle que la société rejette.

D’autres méthodes de cultures et d’élevage existent et peuvent permettre de nourrir les habitants de la planète sans toutes ces manipulations et ces artifices.

La désobéissance civique

Choisir collectivement de ne pas respecter la loi est un acte fort, conscient et responsable. La justice refuse d’entendre toutes les personnes qui revendiquent leur acte. Par des jeux de procédures, la justice tarde à mettre en place le jugement sur le fonds des ogm tant au niveau administratif que pénal. Les faucheurs comparants volontaires de Marsat se sont déclarés collectivement responsables de leurs actes, mais la justice ne veut pas les entendre et dernière elle se cache le gouvernement.

Nous avons repris ici seulement quelques éléments du vaste sujet des ogm. D’autres aspects sociaux, économiques, humanitaires, politiques et environnementaux, d’autres études et références scientifiques, d’autres interventions venant du monde entier nous obligent à dire aujourd’hui en 2005 :
personne ne pourra dire « nous ne savions pas ».

Comité de soutien ’63 sans ogm’
La maison des paysans Marmilhat
63 370 Lempdes
le 02 août 2005

contact :
Patrice Goutagny 06.70.52.79.63,
Eliane Anglaret 04.73.61.95.77,
Chantal Gascuel 04.73.24.31.15

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?