Retour au format normal
La société financière luxembourgeoise Clearstream vient de perdre ses deux procès en diffamation contre le journaliste Denis Robert.

La société financière luxembourgeoise Clearstream, véritable " banque notariale " des paradis fiscaux jouant le rôle de chambre de compensation des titres et des valeurs échangés sur le marché financier international, vient de perdre ses deux procès en diffamation contre le journaliste Denis Robert.

Prétendant avoir été diffamée par les révélations de Denis Robert dans son livre La boite noire et lors de l'émission " Tout le monde en parle " du 2 mars 2002 sur France Télévisions, elle lui réclamait la somme de 500 000 euros de dommages et intérêts. Clearstream attaquait également le PDG de la chaîne publique et l'animateur de l'émission. Par un jugement en date du 1er octobre, le tribunal de grande instance de Paris vient de débouter la société financière dans toutes ses demandes. Les magistrats ont considéré que les informations révélées sur les activités de blanchiment d'argent sale de Clearstream étaient " sérieuses et recoupées, dépourvues d'animosité et exprimées avec prudence ".

Pour Attac, ces deux jugements accablants pour Clearstream sont une victoire pour tous ceux qui luttent contre la criminalité financière. Ils sont aussi la preuve qu'il faut continuer de dénoncer les activités de cette multinationale (et boîte noire) de la finance internationale. La société Clearstream est en effet l'un des centres névralgiques des fuites de capitaux, par où se faufilent l'argent du crime, de la corruption, celui de certains Etats, celui qui enrichit les clients anonymes de comptes défiscalisés, etc. Ce système s'est constitué au Luxembourg, avec l'aide, l'appui et la complicité des plus grandes banques de la planète. Les Etats et leurs représentants élus, y compris français, ont jusqu'à présent fermé les yeux. Cette vérité doit être révélée au plus grand nombre de citoyens pour qu'ils se mobilisent et exigent que les responsables politiques agissent enfin contre les paradis fiscaux, derrière lesquels se cache la grande criminalité financière.

ATTAC.

louison, 13 octobre 2003