Retour au format normal
Forum mondial du développement durable

Forum Mondial du développement durable à Paris : Munich de l’écologie.

Fin novembre à Paris, tout ce que la France compte de massacreurs de la nature va se réunir pour célébrer la destruction de la planète au nom du " développement durable "*. Sponsorisé par des sociétés comme Bouygues, Areva, British Petroleum... avec les fossoyeurs de la nature Olivier Bouygues, Roselyne Bachelot, François Roussely, président d’EDF, Anne Lauvergeon, présidente de Areva... ou encore Michel De Fabiani, président de British Petroleum France, qui a, involontairement, parfaitement décrit toute la perversité du concept de développement durable :
" Le développement durable, c’est tout d’abord produire plus d’énergie, plus de pétrole, plus de gaz, peut-être plus de charbon et de nucléaire, et certainement plus d’énergies renouvelables. Dans le même temps, il faut s’assurer que cela ne se fait pas au détriment de l’environnement." (11/10/01)

Cette grande mascarade** se réunira autour, entre autres, de.... Jean-Marc Sylvestre, journaliste-économiste ultra-libéral.

Nous, associations, intellectuels... demandons aux défenseurs de l’écologie-humaniste-démocrate sincères égarés dans cette grande tartufferie de déserter cet esprit pétainiste de l’écologie.
La fin de cette sombre mascarade coïncide avec la Journée internationale sans achat, le 29 novembre. Une occasion de rappeler que la croissance économique, l’obscurantisme techno-scientifique, l’idéologie de consommation, sont des causes majeures de la destruction de la biosphère et de l’écrasement d’une multitude d’êtres humains.

Premiers signataires : Réseau "Sortir du nucléaire" (fédération de 650 associations), Institut d’études économiques et sociales pour la décroissance soutenable, Casseurs de pub, Ecolo, Institut pour la relocalisation de l’économie, La ligne d’horizon, Confédération des écologistes indépendants, Grain Vert, C.H.A.M.P., Réseau de l’après-développement, Tierra Incognita, Tchernoblaye, Regroupement pour une ville sans voitures, Ecolo sans frontière Tunisie...

* " Il n’y a pas le moindre doute que le développement durable est l’un des concepts les plus nuisibles ". . . Nicholas Georgescu-Roegen,1991.

** A lire : La Grande Mascarade. Ces multinationales qui lavent plus vert. sous la direction de Eveline Lubers, Editions Parangon Le site du colloque forum Mondial du développement durable : http://www.equitable-forum.org

-  Greenpeace et le WWF boycottent le "Forum mondial du Développement durable"

25/11/2003 AFP :

Les deux plus grosses associations écologistes invitées, Greenpeace et le WWF, ont annoncé mardi qu’elles ne participeraient pas au Forum mondial du développement durable organisé de jeudi à samedi à Paris par la revue Passages avec le soutien des autorités françaises.

"Nous ne souhaitons pas être complices d’une campagne de communication sur le développement durable", a indiqué à l’AFP Michèle Rivasi, directrice de Greenpeace-France. Les deux associations estiment que le Forum "ne répond pas aux bonnes questions et ne fait pas appel aux bons interlocuteurs".

Un vrai forum aurait du réunir "à parts égales le monde politique, le monde associatif et le monde économique, sans le limiter aux pollueurs", a indiqué pour sa part Corinne Lepage, qui s’associe à la démarche de Greenpeace et du WWF dans un communiqué. Mme Lepage a indiqué n’avoir pas été invitée. Quatre associations écologistes étaient invitées au Forum, sur quelque 230 intervenants, dont de nombreuses entreprises (Bouygues, Areva, Pierre Fabre, Gaz de France, Saur, BP...).

"Les collectivités territoriales, qui sont les premières concernées par le développement durable sur le terrain, ne sont pas représentées", a pointé Mme Rivasi. Corinne Lepage dénonce "le caractère fourre-tout, inutile et dispendieux de ce qui a été appelé pompeusement premier Forum Mondial du développement durable".
Le développement durable veut concilier le développement économique, la protection de l’environnement et le progrès social. Le concept a été consacré en 1987 dans un rapport établi pour l’ONU par Gro Harlem Brundtland, alors Premier ministre norvégien, selon laquelle est durable un développement "qui répond aux besoins du présent sans compromettre les capacités des générations futures à répondre aux leurs".

(Casseurs de pub)

amélie, 28 novembre 2003